Back to All Events

Lorsque Corbeau devint Araignée


Joi T. Arcand, Cartes à collectionner « The Beautiful NDN SuperMaidens TM »; Neckbone Wonderwoman (détail), techniques mixtes, 2016, avec la permission de l’artiste.  

Joi T. Arcand, Cartes à collectionner « The Beautiful NDN SuperMaidens TM »; Neckbone Wonderwoman (détail), techniques mixtes, 2016, avec la permission de l’artiste.  

Artistes : Joi T. Arcand, Sonny Assu, Julianne Beaudin-Herney, Shaun Beyale, Elle-Máijá Tailfeathers, et Jeffrey Veregge

Commissaire : Leena Minifie
Produite par : la Dunlop Art Gallery, Regina Public Library


Dates de l'exposition : Du 20 janvier au 6 février
Où : Annexe de la GAO, hôtel de ville d’Ottawa, 110, avenue Laurier Ouest, Ottawa
Quand : Ouvert tous les jours de 9 h à 20 h.

Entrée gratuite. Accessible en fauteuil roulant. Stationnement disponible.
613.233.8699, galeriedartdottawa.ca, info@galeriedartdottawa.ca

Mots-clic : #LorsqueCorbeaudevintAraignee #GAOHorsmurs #AnnexeGAO

Empruntant son titre à une couverture à boutons de Sonny Assu qui représente l’Homme-Araignée (Spiderman) dans un style Kwakwa̱ka̱’ wakw traditionnel, l’exposition Lorsque Corbeau devint Araignée est organisée par Leena Minifie, commissaire, artiste, et écrivaine gitxaala et britannique, aujourd’hui installée à Vancouver. Sa recherche porte sur les personnages surnaturels dans l’art indigène et sur les superhéros de bandes dessinées modernes. Minifie soutient que les personnages aux traits superhéroïques souvent retrouvés dans les contes traditionnels sont complexes puisqu’ils sont faillibles et peuvent commettre des erreurs. En revanche, l’identité iconique de ceux que l’on retrouve dans les bandes dessinées se rapproche plutôt des archétypes simplifiés : ils sont soit bons, soit malfaisants. Ainsi, les super-êtres modernes, représentés par la génération présente d’artistes et de conteurs indigènes, sont imprégnés de références à la culture populaire, brouillant ainsi les frontières entre les récits oraux et les bandes dessinées modernes. L’esthétique, le style et la composition de leurs œuvres relèvent de ces deux mondes.

De là les questions explorées par l’exposition Lorsque Corbeau devint Araignée

Est-ce que l’utilisation de ces images contemporaines génère un espace pour les récits oraux comprenant des êtres surnaturels? S’agit-il plutôt de représentations réductionnistes de personnages transformés en archétypes unidimensionnels ? Est-il possible que ces œuvres facilitent l’accès aux récits, ainsi devenus plus faciles à comprendre, pour un public peu familiarisé avec les traditions des contes oraux? Ou bien est-ce que ces versions modernes sacrifient nécessairement un certain aspect de la dimensionnalité et des nuances des personnages représentés ? Peuvent-ils encore renseigner sur la fragilité de la condition humaine, telle que le voulaient les anciens contes ?

Later Event: March 10
L’ART ET L’ART